Pédagogie

Les outils pédagogiques mis en oeuvre dépendent des besoins des élèves :

  • Lorsque l'élève n'a pas compris des notions, je les réexplique, et étant en cours individuel, il est plus facile de détecter des points précis qui ne sont pas compris. Je dispose de matériel pédagogique à cette fin, en physique (modèle atomique, modèle moléculaire, et matériel pour un certain nombre de travaux pratiques) et en mathématiques (notamment des supports ludiques permettant de toucher du doigt les notions de façon plus stimulante).
  • Lorsque l'élève n'arrive pas à avoir une vision d'ensemble claire de ce qu'il/elle doit mémoriser, nous travaillons sur l'élaboration de fiches ; de telles fiches doivent être adaptées aux habitudes cognitives des élèves : sous forme de carte mentale pour les visuels, les plus épurées possibles pour certains élèves, ou au contraire avec des exemples par application pour d'autres.
  • Lorsque l'élève n'arrive pas bien à communiquer son raisonnement ou ses résultats, je l'accompagne sur cet aspect à l'écrit comme à l'oral.
  • Lorsque l'élève comprend et mémorise bien mais a "de mauvaises notes", c'est un vrai problème parce que cela peut affecter son estime personnelle et l'entraîner dans une spirale descendante. Mon rôle est alors de proposer des mises en situations pour comprendre ce qui ne va pas (panique lors des évaluations, gestion du temps inadéquate, énoncé lu trop vite, résultats non vérifiés, questions faciles en milieu d'énoncé non traitées parce que non repérées...) et de rassurer l'élève et trouver avec elle/lui des solutions pour y remédier.
  • Lorsque l'élève est "perdu", cela peut aussi provenir d'un problème de mode de vie (pas assez de sommeil notamment), d'organisation (agenda pas suivi, temps de travail pas réparti, faire plusieurs choses à la fois, matériel insuffisant...), ou d'efficacité de l'activité d'apprentissage (concentration, mémorisation, mise en lien des notions...). Tous ces aspects sont bien sûr abordés avec l'élève au fur et à mesure qu'ils se révèlent.
  • Lorsque l'élève est démissionnaire, il peut y avoir plusieurs raisons. Celles sur lesquels je peux le plus intervenir sont : le désintérêt pour la matière (en général je peux faire la démonstration que les sciences ça peut être captivant : travaux pratiques, supports ludiques, liens avec les arts, avec d'autres disciplines... et ma passion tout simplement pour les sciences), et la fragilité de la confiance en soi (certains élèves progressent rapidement quand ils sont convaincus que le "les sciences c'est pas pour toi" que leur a dit telle personne n'était pas vrai, et d'autres ont besoin de beaucoup d'encouragements pour accepter de travailler en prenant le risque de ne pas avoir tout de suite des résultats valorisants). Mais il faut savoir qu'un accompagnement scolaire est beaucoup plus efficace lorsque l'élève est demandeur de celui-ci.

Les cours à domicile doivent-ils servir à faire avec l'élève les devoirs demandés par l'enseignant en classe ? Cela dépend des cas. Parfois, les enseignants en classe demandent aux élèves un travail personnel qui va bien au-delà de la motivation des élèves ; les devoirs deviennent une corvée, et ce ne sont pas là les meilleures conditions pour que ces devoirs servent à quelque chose... Dans ce cas, un petit coup de pouce peut rendre les études plus agréables et ceci est bénéfique à l'estime de soi de l'élève et plus globalement à sa scolarité. Parfois, il est préférable de faire des exercices analogues avec l'élève pour qu'il puisse ensuite faire ses devoirs de façon autonome.

Il m'arrive aussi, à l'inverse, de proposer aux élèves, toujours de façon ouverte, s'ils voudraient bien faire entre deux cours un ou quelques exercices d'entraînement que je leur propose, lorsque j'estime que cela leur serait profitable, et surtout lorsque l'enseignant en classe ne guide pas les élèves sur des exercices précis à faire en-dehors de la classe.